Aucun commentaire

Perspectives d’évolution du marché immobilier dans les grandes métropoles françaises en 2021

évolution du marché immobilier

Malgré la crise sanitaire, les transactions immobilières ont frôlé le million de ventes en 2020 (980 000) selon le dernier bilan de la Fnaim. Soit un niveau équivalent à celui des années 2017 et 2018. C’est donc avec des perspectives encourageantes que 2021 se profile. Une phase de stabilisation des prix semble s’installer dans de nombreuses grandes villes, et certaines se démarquent particulièrement pour cette année. Voyons lesquelles. 

Bordeaux : des prix immobiliers en légère baisse

Selon le dernier baromètre de MeilleursAgents, le prix moyen du m² à Bordeaux a diminué de -0,7% pour l’année 2020. En dépit de cette baisse, la préfecture de la Gironde reste toutefois la deuxième ville la plus chère de France, avec un prix moyen au mètre carré de 4658€. Cette particularité s’explique notamment par la forte hausse des prix qu’a connu Bordeaux au cours de ces dernières années, ils ont en effet doublé.

Cet engouement a notamment engendré une pénurie de logements en location, les appartements se font de plus en plus rares avec une baisse de 34% par rapport à l’année dernière selon france-finance.fr. Il s’agit surtout d’un atterrissage d’un marché qui a atteint un certain plafond. Mais selon cette agence immobilière bordelaise, “le marché reste très dynamique, avec notamment un certain attrait pour la rive droite de Bordeaux en raison des aménagements réalisés dans le cadre de Bordeaux 2030, et où de nombreux programmes immobiliers font leur apparition”.

Valence : une ville en plein essor

La plus grande ville de la Drôme et cinquième pôle urbain de Rhône-Alpes, Valence, surnommée “porte du Midi de la France” affiche un marché immobilier dynamique. Le prix moyen du mètre carré est actuellement de 1 736 € pour un appartement et de 2498€ pour une maison.

Parmi ses principaux atouts, on peut notamment citer son réseau universitaire, ainsi que son dynamisme économique dans les secteurs de l’électronique et de l’agroalimentaire, mais aussi son port fluvial de commerce.

Strasbourg : seulement 4 ans pour amortir un achat immobilier

La préfecture de l’Alsace reste également très attractive en raison de la présence du Parlement européen et de sa proximité avec l’Allemagne.

Preuve de son succès, les prix immobiliers strasbourgeois ont augmenté de 4,2% sur un an pour atteindre 3150 €/m². Une hausse qui se traduit également par sa connexion rapide avec Paris grâce au TGV. Les Franciliens y sont de plus en plus nombreux à s’y installer en raison des prix plus accessibles que dans la capitale, 3 fois moins élevés en moyenne.

Nantes : 11 acheteurs pour 10 vendeurs

Avec une hausse de 5,5% de ses prix immobiliers en un an, Nantes affiche un prix au mètre carré de 3643€.

La demande reste très soutenue dans la 6ème plus grande ville française, le taux de chômage reste parmi les plus faibles du pays et l’activité économique y est diversifiée. Depuis sa labellisation French Tech en 2014, près de 200 entreprises et plus de 20 000 emplois ont été créés dans ce domaine.

Lille : une surface à l’achat comparable à la location

Selon le dernier bilan 2020 et les perspectives pour 2021 de MeilleursAgents, les prix à Lille ont progressé de 3,7% sur un an pour atteindre 3109 euros du mètre carré (au 1er janvier 2021).

Ses atouts pour y vivre ? Son tissu économique avec la présence du troisième quartier d’affaires français et la seule grande ville du pays où, avec un même budget mensuel, il est possible de louer ou d’acheter une surface similaire (52m²). La demande est également très élevée dans la capitale des Flandres avec 12 acheteurs pour 10 vendeurs.

Dans tous les cas, devenir propriétaire dans une grande ville française en 2021 reste une bonne perspective : les taux d’intérêt des emprunts immobiliers devraient rester bas et la durée des crédits devrait stagner autour d’une moyenne de 21 ans.

Info Covid Immo de France